-3-Harcèlement3

Dans l'entreprise

Nous le savons plus que jamais : le champs politique ou économique, l'emploi, l'entreprise... tous les lieux collectifs de la compétition sont devenus une jungle où inévitablement le plus faible, le moins agressif sera éliminé.
C'est un retour à la vie animale de la lutte pour la vie que la civilisation a précisément pour objet d'humaniser.
Dans ce cas ils faut faire face, s'affirmer, dénoncer le harcèlement quand on en est la victime ; Il faut agir et assumer.
La mauvaise solution est toujours de subir et se taire ; car alors c'est la dégringolade dans l'estime de soi et dans sa vie sociale.
En France, ce problème est mal pris en compte. En Suisse, on le définit ainsi :« Toute conduite abusive se manifestant par des comportements, des paroles, des actes, des gestes, des écrits unilatéraux, de nature à porter atteinte à la personnalité, à la dignité ou à l'intégrité psychique d'une personne, à mettre en péril son emploi ou à dégrader le climat de travail. »
Que faire ?
1-Savoir d'abord qu'on n'est pas seul et que 2 millions de Français sont victimes du harcèlement moral dans l'entreprise.
2- Il y a les comités d'entreprise, les syndicats et avant tout, le médecin du travail.
3- On peut contacter " Mots pour Maux au Travail" 16, rue des Cailles, 67100 Strasbourg :
Téléphone : 03-88-65-93-88.

Le harcèlement dans le couple

Ce qui est plus désespérant encore et qui peut s'ajouter, c'est le harcèlement dont les femmes sont victimes dans le couple.
Cette situation peut se trouver dans tous les milieux.
Là aussi, le harcéleur a un problème qui lui amène une vraie souffrance. Il va harceler sa compagne, et l'humiliation qu'elle subit va le soulager de sa peine.
Le révélateur plus que la cause de sa nature perverse va se manifester ainsi :
- il tenait jusqu'ici sa femme à l'écart de ses connaissances et de sa vie sociale. Il se rend compte un jour qu'elle est plus en vue, qu'elle peut avoir des relations et des rapports sociaux qui ne passent plus par lui ; il en éprouve une frustration, et il trouve ce moyen pour la "remettre à sa place".
- Sa femme a une promotion qu'il aimerait avoir. Il la ressent maintenant comme "plus intelligente" ou plus chanceuse que lui.
- Sa femme a reçu un héritage ; sa contribution dans le patrimoine, selon ce qu'il ressent, lui enlève une part de son autorité à décider pour la famille. Elle n'est plus dépendante de lui.
- Sa femme qui a vu grandir ses enfants, retrouve sa carrière ou trouve un emploi dans lequel elle réussit.
- Sa femme est belle, a du succès auprès de leurs connaissances, elle semble en tirer comme une aura ou un épanouissement. Il en est jaloux.
-Sa femme a une ambition politique; et cela marche pour elle; elle est "dans la politique"
-Toute situation qui selon lui, met sa femme en vue, soit à ses côté, soit un pas devant : une catastrophe pour son ego.
Parfois même, se sentant inférieur à sa femme, il agira préventivement de peur qu'elle ne mette un jour en oeuvre sa capacité à plaire ou à la réussite sociale ou professionnelle.
Dans chacune de ces situations, un compagnon ou un époux "normal" devrait se réjouir du nouveau statut de la famille, partager la satisfaction de sa compagne, voire même l'aider à réussir ou en tirer fierté. Le malade au contraire (mais ce n'est pas une maladie "médicale") qui avait bâti sa relation sur le sentiment de sa supériorité et de la dépendance de sa compagne, se trouve brusquement inférieur.

C'est qu'il était jusqu'ici flatté par son entourage, tenait les cordons de la bourse, était "chef de la famille".
Se sous-estimant lui même, il ne cherchait pas à être aimé pour ses qualités propres à avoir une relation d'affection ou d'amour "d'un homme et d'une femme".
On ne guérira jamais cet homme-là !

retour Suite