7-Frustration d'Alexandra

.. .. J'ai souvent eu à entendre des confidences de femmes de ma famille ou de mon entourage qui en avaient à dire sur leur mécontentement sexuel.
De fait, quand on aborde ce sujet dans des forums, en dehors des cas d'impuissance qui relèvent de la médecine, c'est le plus souvent l'homme qui vient se plaindre sur son propre désir que son épouse ne peut pas satisfaire. Il en attend d'avantage d'une compagne qui a progressivement cessé de le satisfaire. Cette situation lui donne le prétexte et l'excuse à l'infidélité. Mais je commence à croire que beaucoup de femmes, sanglotent comme moi le soir sur leur oreiller, pour étouffer leur frustration de l'affection physique.
Je suis mal aimée par un époux qui ne me touche plus alors qu'il a la santé et toutes les qualités qu'on peut attendre d'un homme. Nous avons dormi 12 ans dans le même lit et j'ai su me contenter du peu qu'il m'accordait, mais maintenant je suis au bout de mon attente de plus d'intérêt. Notre couple a belle apparence et suscite certainement la jalousie de certaines dans ma famille ou parmi mes amies.
Nous avons eu des conversations sur le sujet, mais la situation n'a pas changé. Je pense qu'il a épousé la mauvaise personne qui ne répond pas à ses fantasmes. Je suis comme un objet acheté sur un coup de cœur qu'on range dans un tiroir parce qu'on se rend compte qu'il ne répond pas à un besoin.
Il m'arrive de mendier une relation sexuelle dont je sors humiliée et qui ne me satisfait pas. En tout cas, ce n'est jamais de lui-même qu'il vient vers moi
Je ne suis plus assez belle, pas assez sexy, j'ai une mauvaise physiologie de mes organes... mais alors, c'est depuis notre mariage, puisque sa désaffection date des premiers temps.
Je suis certaine qu'il m'aime d'une certaine façon, et je n'ai jusqu'ici aucune raison de penser qu'il va donner à une autre ce dont il me prive.
J'ai consulté sur le sujet et j'ai cru comprendre que tout était de ma faute et que je devrais travailler à m'estimer moi-même en tant que femme avant d'attendre que les autres me remarquent... C'est un peu fort !
En fait, les hommes que je côtoient me font la cour, mais je suis dans un tel état de passivité affective et sentimentale que je n'éprouve au fond de mon corps aucune réponse à leurs sollicitations discrètes. L'attitude de mon époux m'a dévitalisée et pas seulement sur le plan du désir sexuel.
Tout ce qui me donnait des satisfactions d'élégance, de petite vanité de coquetterie... me cause de la tristesse et de l'ennui. Je baisse les bras. Il me reste juste la force de m'occuper de notre fille de dix ans qui ne s'aperçoit pas de ma détresse parce que mon mari est véritablement le père idéal comme il est aussi le mari idéal, mais là, seulement pour l'apparence.
je ne peux pas songer à le quitter parce que je ne pourrai pas reconstruire cette grande partie de vie familale, sociale ... et affective aussi , que nous avons quand même bâtie ensemble.
Je ne peux pas m'ouvrir de cela à mon entourage, une peu parce que les femmes autour de moi ne sont pas elles-mêmes spécialement épanouies, mais surtout parce que j'aurai à craindre qu'elles ne m'écoutent pas ou qu'elles rejettent sur moi la responsabilité de ce qui m'arrive parce que je ne serais pas une bonne épouse.

Retour Suite